Hand in hand

ArianeWorks, l’accélérateur d’innovation créé par le CNES et ArianeGroup continue sur sa lancée 17/07/2020 |  5 minutes

Suite
Lire
Cover

Créativité, collaboration et célérité pour concrétiser les projets

Créé en février 2019 pour accélérer la feuille de route réutilisation des futurs lanceurs européens et en particulier le démonstrateur d’étage réutilisable Themis, ArianeWorks entre dans une nouvelle phase de concrétisation de ses projets.

Moins d’un an après sa création, ArianeWorks a su convaincre lors de la Conférence Ministérielle de l’Agence spatiale européenne (ESA) de 2019 de la crédibilité du projet Themis et vient d’être autorisé à continuer ses travaux en attendant la finalisation d’un premier contrat de développement.

Grâce à ce premier soutien de l’ESA, ArianeWorks monte en puissance pour le développement de Themis et prépare les premiers essais avec Prometheus, le démonstrateur de moteur de nouvelle génération, dès 2021.

L’équipe s’est installée pour ces premiers essais sur le site ArianeGroup de Vernon, où elle teste différentes configurations de réservoirs et d’opérations. Les premiers exemplaires ont d’ailleurs été installés ces dernières semaines dans la zone d’essai historique « PF20 ».

Le démonstrateur Themis doit valider des solutions à très bas couts, mais également contribuer à la transition énergétique de la filière lanceur pour la rendre totalement écoresponsable : carburant biosourcé, réhabilitation d’infrastructures, transport propre…

Au cours de ces 18 mois aussi innovants que disruptifs, l’initiative lancée par le CNES et ArianeGroup s’est étendue à cinq partenaires industriels apportant idées, innovations et savoir-faire pour Themis (et s’apprête à en accueillir de nouveaux cet été): 

Plusieurs réalisations expérimentales ont permis sur cette période d’accélérer des idées pour Themis, souvent en associant des entités dynamiques (PME ou start-ups) extérieures au secteur spatial : avionique sans fil, protections thermiques bas coût, utilisation de robots dans les opérations…

Ces idées sont désormais intégrées au programme d’essai à plus grande échelle qui démarre pour le compte de l’ESA.