Innovation Culture

L’hydrogène, l’atome à tout faire 14/09/2020 |  4 minutes

Suite
Lire
Cover

Depuis plus de 40 ans, grâce à Ariane, ArianeGroup maîtrise les systèmes de propulsion fondés sur l’hydrogène liquide. Un savoir-faire capital, à l’heure de la transition écologique.

Suite

Alors que l’on cherche à produire une énergie plus verte, l’hydrogène liquéfié renouvelable pourrait être une alternative. Sa maîtrise permettrait en outre de répondre aux contraintes de stockage et d’autonomie de certains secteurs comme l’aéronautique, le ferroviaire ou le maritime.

L’hydrogène est l’élément le plus abondant de l’univers. Il se trouve au cœur des étoiles et dans les atmosphères des planètes géantes gazeuses, telles Jupiter.

Sur Terre, il entre dans la composition de l’eau et dans celle de la matière vivante. Il constitue 10 % de la masse du corps humain.

Dans l’industrie, l’hydrogène peut aussi être produit par électrolyse de l’eau puis stocké et reconverti en électricité. Et ses applications sont nombreuses ; il intervient notamment dans les activités textiles, dans la métallurgie, la production de verre ou encore d’électronique.

Son énergie propre permet également d’alimenter en électricité les véhicules électriques et les habitations ou locaux isolés du réseau. Enfin, en aérospatial, l’hydrogène est un carburant éminemment énergétique :

la combustion d’un kg d’hydrogène libère environ trois fois plus d'énergie qu’un kg d’essence, et ne produit que de l’eau.

Grâce à Ariane, ArianeGroup maîtrise les systèmes de propulsion fondés sur l’hydrogène liquide et les infrastructures associées depuis plus de 40 ans. En effet, des moteurs à hydrogène liquide ont équipé toutes les versions de la série de fusées Ariane. Et le nouveau moteur Prometheus pourra lui aussi utiliser l’hydrogène liquide.

Ainsi, plus d’un millier de personnes, en France et en Allemagne, travaillent quotidiennement sur ces technologies. Le site de Vernon (Eure) est d’ailleurs le plus grand centre d’essais hydrogène en Europe.

Ce savoir-faire très rare, ArianeGroup souhaite le mettre au service des plans hydrogènes européens, nationaux (en Allemagne et en France) et régionaux.