Hand in hand

Plateforme d’accélération et vecteur d’innovations, ArianeWorks fête ses 1 an ! 04/03/2020 |  5 minutes

Suite
Lire
Cover

Il y a un an, ArianeGroup et le CNES signaient le protocole de mise en place d’Arianeworks. Quels retours sur ces 12 mois d’expérimentation et quelles sont les perspectives d’avenir ?

Suite

12 mois riches en collaborations

Dès sa fondation, ce partenariat d’un nouveau genre, destiné à préparer les lanceurs du futur se fonde sur des valeurs de collaboration et de célérité, le tout porté par une forte ambition d’innovation. Il a notamment pour but de développer le démonstrateur de premier étage bas coût et réutilisable, THEMIS.

En très peu de mois, cette équipe élargie a en effet esquissé les premiers dessins de cet engin de 30 m de haut fonctionnant au bio méthane, équipé de 3 moteurs nouvelle génération PROMETHEUS.

Dès la fondation d’ArianeWorks, de nouveaux acteurs internationaux jouent le jeu et répondent à l’appel. Aujourd’hui, 5 partenaires industriels apportent idées, technologies innovantes et savoir-faire pour THEMIS : ONERA, APCO Technologies SA (Suisse), ADF-LATESYS, RUAG (Suisse), SABCA (Belgique).

De nombreuses start-ups ont pu également s’associer à ArianeWorks cette année.

On peut relever des expérimentations de technologie de communication sans fil avec la start-up Berlinoise R3Communication. Ou encore le rapprochement de la communauté des « Makers », pour des réalisations concrète via la plateforme OpenSpaceMakers. Notons également le prototypage d’un système de récupération pour fusée réutilisable avec la jeune entreprise francilienne myCTO.

Après seulement 8 jours de contractualisation, un prototype est conçu en 3 mois, d'emblée à l'échelle d’un petit véhicule de démonstration.

Celui-ci est développé par Planète Sciences et POLYVIONICS, avec la participation de l’IUT de Cachan ainsi que d’Innovlab. ArianeWorks et myCTO ont profité de cette année pour témoigner sur divers salons de leur association, un parcours exemplaire qui illustre la diversité et les ressources de l’écosystème Ariane.

Cette impulsion et ces efforts ont conduit fin 2019 une étape essentielle : convaincre l’ESA ainsi que ses États Membres de miser sur THEMIS, avec un premier budget de 35M€ alloué lors de la conférence de Séville.

Un avenir en expansion

Au moment de souffler la première bougie, pas de baisse de rythme en vue pour ArianeWorks : les premiers pas avec l’ESA sont en cours, la fabrication des premières pièces destinées à des tests de remplissage en 2020 est lancée. Dans le même temps, le format de l’équipe s’adapte face à ce nouveau défi, faisant appel à de nouveaux talents et partenariats.

Côté technique, un réservoir échelle 1 sera installé à Vernon (France) pour valider des interfaces, répéter des opérations et tester des concepts. Un joli clin d’œil aux débuts d’ArianeGroup, puisque les tests auront lieu sur le site historique du PF20, sur les mêmes terrains que ceux qui avaient servi aux tests d’Ariane 1.

Opération de connections/déconnexions par robot en partenariat avec la société SharkRobotics, protections thermiques amovibles au sol, mesures par peinture fonctionnalisée, réseaux de fibre optique pour mesurer l’endommagement du lanceur, tout un programme chargé et excitant attend ArianeWorks.

Après seulement un an, les pistes d’innovations ne manquent pas pour continuer à accélérer la création des lanceurs du futur, Arianeworks est en route et son histoire ne fait que commencer.